Thérapie Empathique Intégrative

Elaborée par Isabelle Filliozat, elle s’inscrit dans le courant humaniste, le paradigme de l’attachement et la psychologie positive.

Elle emprunte à l’Analyse Transactionnelle, à la gestalt, au travail reichien, à la systémie, aux travaux de psychologie sociale, et aux neurosciences notamment. Elle intègre les outils et perspectives théoriques  pertinentes de ces différentes approches. 

 

Elle s’appuie sur la théorie du développement de l’humain :

L’enfant grandit en s’adaptant à son environnement. Les deux besoins fondamentaux de l’humain sont l’attachement et la liberté. S’ils sont nourris de manière appropriée, et si un trauma ne vient pas rompre le cours de l’existence, l’enfant se développe harmonieusement en relation avec son environnement. Si un besoin n’est pas rempli, le corps et le psychisme de l’enfant réagissent en conséquence. Toute carence ou dysharmonie dans la satisfaction de ces besoins fondamentaux va être à l’origine de développement de tentatives d’adaptations à la situation, qui seront autant de symptômes.

Elle s’appuie également sur la théorisation du stress et du traumatisme :

Lorsque l’organisme rencontre un accident, un agent stresseur, il y a trauma, stress. Le corps réagit par la fuite, l’attaque ou le figement. Quand la régulation naturelle de l’organisme ne peut pas se faire (pleurs, tremblements, émotions, décharge énergétique), quand l’énergie reste bloquée, que la personne ne peut parler, exprimer ses émotions et intégrer ce qui lui est arrivé, le trauma devient traumatisme. Le stress inhibe le processus de dépassement de l’expérience, l’humain s’adapte, son développement continue sur une base inappropriée. La personne élabore des croyances, développe des comportements, des attitudes sociales et des réactions émotionnelles lui permettant de continuer à vivre en contenant ses affects.